Login Site Extranet concessionnaires (Partner Portal)


Start Remote Support

Honore le passé – sois l’avenir 

Au cours des 150 ans d’existence de notre entreprise, des évènements remarquables se sont produits. Notre arrière-grand-père Franz Pöttinger, maître horloger, a su capter l'air de son temps, et a vu que l'heure était venue pour le progrès mécanique dans l'agriculture. Lorsque celui qui était également serrurier, forgeron et constructeur de puits a fondé l’entreprise, il ne pouvait certainement pas imaginer qu’un siècle et demi plus tard, une entreprise au succès international porterait son nom. PÖTTINGER en 2021 partage encore bien des choses avec l'entreprise de 1871 : en ce temps-là comme encore aujourd'hui, nous sommes une entreprise familiale, pour laquelle l'humain et l’attachement au terroir sont des valeurs clés.  

Nous vous invitons à un voyage dans le passé et les 150 ans d'histoire de PÖTTINGER et vous dévoilons également un aperçu de notre futur.  

 

Klaus et Heinz Pöttinger

 

C’est une histoire impressionnante que la famille Pöttinger et l’entreprise PÖTTINGER ont écrite ces dernières années. En tant que direction, nous sommes reconnaissants d'avoir pu participer à une petite partie de cette évolution au cours des dernières années. Nous sommes heureux de partager la responsabilité de la continuité de cette histoire de réussite pour l'avenir proche.  

Ce faisant, le maintien de l’indépendance économique et de l’autonomie en tant qu’entreprise familiale est notre objectif premier.  

Nous regardons avec impatience vers les décennies à venir. En ce sens, nous continuons à travailler intensivement avec nos collaborateurs, particulièrement bien formés et motivés, pour offrir les meilleures solutions aux besoins de nos clients. 

 

La direction de PÖTTINGER

 

Suivez-nous sur Instagram

Comment tout a commencé 

1871-1959

Petit mais attractif : au temps de la fondation de PÖTTINGER, Grieskirchen (Autriche) est une petite ville d'à peine 2 300 habitants. En 1871, les 150 ans d'histoire du constructeur de matériels agricoles commencent avec Franz Pöttinger et la fabrication d'un hache-paille. Il est intéressant de noter que le début de l’entreprise se situait dans une serrurerie exploitée par le fondateur aux multiples talents. Franz Pöttinger s'était également fait un nom en temps qu'horloger. Entre autres, c'est lui qui a réalisé l’horloge du clocher de Grieskirchen, qui a rendu de bons et loyaux services pendant plus de 100 ans. Cette horloge de clocher avec mécanisme de remontée a été minutieusement restaurée en 2015 par des apprentis, nécessitant des milliers d’heures de travail. Elle orne actuellement la cantine du siège de l'entreprise à Grieskirchen.  

 

Grieskirchen au temps de la fondation de l'entreprise

 

Le premier brevet a été obtenu dès 1875 par le fondateur de l’entreprise pour son hache-paille, avec lequel les agriculteurs se sont épargnés un travail manuel laborieux. Mais Franz Pöttinger ne ménageait ni son temps ni sa peine pour d'autres projets : il a construit des installations hydrauliques et des générateurs à gaz pour l’éclairage public. Ainsi, très tôt, Grieskirchen a pu passer de l'éclairage au pétrole à l'éclairage au gaz.  

L’entreprise PÖTTINGER a poursuivi son développement avec la transmission en 1909 de Franz à son fils Aloïs Pöttinger. De 8 à 10 personnes étaient déjà employées par la société. À partir de 1909, le premier logo de l'entreprise fait son apparition : avec un épi de céréales et les initiales A et P pour Aloïs Pöttinger.  L’entreprise artisanale est devenue peu à peu une entreprise industrielle qui fabriquait des moulins et des presses à fruits, des moulins à farine et à son, des scies circulaires, des machines à aiguiser ainsi que des ensileuses à fourrages en série.  

 

Dessin du hache-paille

 

En 1920, Aloïs Pöttinger fonda une famille et bientôt naquirent ses fils Aloïs, Friedrich (qui mourut à deux mois), Hans et Heinz. C’est à cette époque qu’une centrale hydroélectrique interne à l’entreprise a vu le jour, ce qui a rendu la serrurerie autosuffisante en énergie.  

En tant que pionnier, Aloïs Pöttinger a également misé sur la motorisation dans sa vie privée : il était le fier propriétaire de la troisième automobile immatriculée en Haute-Autriche. Outre les produits fabriqués en propre par PÖTTINGER, tels que les « véhicules à moteur électrique pour le battage, de 6 à 15 ch., avec ou sans moteur », ainsi que le moulin à fruits PÖTTINGER, Aloïs Pöttinger a également réalisé un développement essentiel pour la région : il a été l'installateur de l'ensemble des conduites d'eau de la commune de Grieskirchen. L'entreprise d'installation sanitaire est d'ailleurs aujourd'hui encore une société active du groupe PÖTTINGER, qui a son siège dans le centre de Grieskirchen.  

 

La devanture de l'entreprise Aloïs Pöttinger

 

En 1938, le fils d'Aloïs, Heinz Pöttinger, entre en tant qu’apprenti mécanicien dans l’entreprise paternelle, la « Erste Grieskirchner Maschinenbau-Anstalt » (soit le « Premier Établissement de Construction de Machines de Grieskirchen »). Ses frères Aloïs et Hans faisaient déjà partie du personnel aux postes de serrurier mécanicien et de marchand d’électricité. En 1939, le père Aloïs Pöttinger repris la fonderie, actif liquidé de la faillite d’une usine de machines. Il fit inscrire pour la première fois « Maschinenfabrik und Eisengießerei Alois Pöttinger Grieskirchen » (soit « Fabrique de Machines et Fonderie Aloïs Pöttinger Grieskirchen ») dans le registre de l’entreprise.  Dans les années d’après-guerre, la production s’est poursuivie sans relâche avec des effectifs réduits et des installations d’exploitation devenues en partie inutilisables. Lentement, les effectifs se sont reformés, en partie avec des réfugiés et des blessés de guerre. Un grand nombre des membres du personnel étant également des agriculteurs pluriactifs. En 1946, le chef d’entreprise a modernisé et agrandi la fonderie, croulant sous les commandes. PÖTTINGER a débuté la fabrication de presses hydrauliques entièrement automatiques. Dès 1947, le propriétaire de la société a installé une salle de détente commune pour le personnel. Une nouvelle halle a été construite pour les râteaux-faneurs mis sur le marché en 1949. La production des chargeuses à foin a commencé en 1951 sur les bancs de tournage et les machines-outils nouvellement acquis. Dans les halles, les tâches de montage se sont accordées harmonieusement avec une organisation du travail à la chaîne.  

 

Le râteau-faneur fait son entrée

 

Dans les années 1950, la production s'oriente essentiellement vers les machines agricoles telles que les machines de récolte du foin et les arracheuses de pommes de terre, ainsi que le nouveau matériel de broyage du bois. Avec cette machine, les exploitants forestiers ont pu transformer efficacement du bois de moindre valeur. Les broyeurs à bois ont été commercialisés par l'intermédiaire de la coopérative bavaroise BayWa dans le sud de l’Allemagne – le début d’un partenariat qui perdure aujourd’hui encore. Les années 1950 ont vu le début de campagnes de recrutement actives d'apprentis afin de promouvoir les places d'apprentissage proposées par l'entreprise : les écoliers de Grieskirchen ont été invités régulièrement à des visites de l'usine.  

 

Le broyeur à bois apporte de nombreux avantages pour le travail forestier

 

Lorsqu'Aloïs Pöttinger Senior décède en 1958, la direction de l'entreprise passe à Aloïs Junior, Hans et Heinz Pöttinger. Le trio de direction fait profiter à l'entreprise de ses talents variés en tant que vendeur, homme de chiffres, et technicien. Ainsi, la série d’innovations s’est poursuivie sans accrocs avec un chargeur pour « foin, paille, herbe, feuilles de betteraves et autres produits semblables ». Le directeur financier Hans Pöttinger a enregistré un chiffre d’affaires total de 19 millions de schillings (soit environ 1,4 million d’euros), dont 7 % provenaient de l’exportation. PÖTTINGER a ainsi pu regarder avec sérénité les années 1960. L'exploitation des prairies et des sols cultivés est depuis ce temps le cœur de métier de PÖTTINGER. 

 

Production des remorques autochargeuses dans les années 1960

 

La quatrième génération de la famille Pöttinger ne tarda pas : Heinz Pöttinger se marie en 1956, les fils Heinz et Klaus naquirent peu après, suivis par les filles Ulrike et Karin. 


Vers une nouvelle ère

1960-1991

Le site de l'usine mère dans le centre de Grieskirchen est devenu définitivement trop petit. C'est ainsi qu'ont commencé, en 1960, les travaux de construction de la nouvelle usine sur une prairie verdoyante aux portes de la ville. De là, l'entreprise s'est développée jusqu'à atteindre sa taille actuelle. Juste à temps pour le centenaire de 1971, les six halls rutilants étaient fonctionnels, avec les machines les plus récentes montées le long des lignes d’assemblage.  

 

Le siège de la société au début des années 1970

 

300 personnes environ étaient employées à la fabrication des matériels agricoles. Qui travaillait chez PÖTTINGER était fier du haut niveau de technologie atteint. C'est dans ce climat d'entreprise positif qu'est apparu en 1960 un produit qui est devenu le nouveau succès de PÖTTINGER: le râteau-faneur automoteur « Heuraupe » (littéralement « chenille à foin »), une machine tout-terrain autonome pour les pentes extrêmes.  

 

Production du râteau-faneur automoteur « Heuraupe » (littéralement « chenille à foin ») que l'on peut encore voir dans certaines prairies de la montagne autrichienne.

 

Avec la remorque autochargeuse pour la récolte des fourrages, les techniciens du constructeur autrichien ont développé dès 1963 un matériel best-seller qui, pionnier en son temps, est toujours un des produits phares de l'entreprise aujourd'hui. Dès la première année de fabrication, PÖTTINGER a commercialisé environ 1 000 unités de la remorque autochargeuse LW14, qui tenait son nom de son volume de chargement de 14 m3. Pour le best-seller suivant, c'est l'existant qui a été perfectionné : sur l'ensileuse MEX, de type bec à maïs, le tambour de coupe habituel a été remplacé par un volant hacheur. Avec sa « gamme verte », PÖTTINGER se distinguait dorénavant comme le fournisseur d'une offre complète de produits pour la récolte des fourrages. Mais même pour cette gamme, l'entreprise ne se reposait pas sur ses lauriers, et les développements se poursuivaient avec ardeur : Les entrepreneurs dynamiques ont mis sur le marché en 1972 la première remorque autochargeuse à coupe courte.  

 

La MEX marque significativement la récolte du maïs.

 

Non seulement avec la base de service créée en 1964 à Augsbourg (Allemagne), mais également avec des partenariats de distribution dans différents pays et une participation aux grands salons de l’agriculture, l’entreprise est de plus en plus présente internationalement. En 1970, avec plus de 800 employés, PÖTTINGER dépasse déjà 310 millions de schillings de chiffre d'affaires (soit 22,5 millions d'euros). Un tiers de ce chiffre se faisant à l'export. 

Avec l’achat de l’usine de charrues bavaroise (la « Bayerischen Pflugfabrik ») de Landsberg am Lech (Allemagne) en 1975, PÖTTINGER s'ouvre non seulement les portes du marché intérieur voisin, l'Allemagne, mais aussi d’un nouveau grand secteur d’activité : le travail du sol. Bien que la forge de l'usine de charrue ait été modeste, elle a été pour PÖTTINGER le billet d'entrée pour un segment d'activité significatif.  Même si 1980 a pu être une année difficile, où les revenus des agriculteurs n'ont pas seulement stagné en Autriche, PÖTTINGER a néanmoins conduit la modernisation, préparée de longue date, de sa gamme de produits. En tant que premier fabricant de machines agricoles du pays, l’entreprise autrichienne a misé sur des dénominations de produits qui fonctionnent également au niveau international : CAT, HIT, TOP ou MEX.

 

Le site de Landsberg (Allemagne) dans les années 1970.

 

Au cours de la décennie difficile des années 80, la quatrième génération est officiellement entrée dans l’entreprise familiale. En 1983/1984, Klaus Pöttinger (ingénieur diplômé en génie mécanique) et Heinz Pöttinger (diplômé d'une maîtrise en sciences sociales et économiques) ont été chargés, pour leurs débuts de l'entreprise, de remettre en ordre de marche l’usine de charrues bavaroise (la « Bayerischen Pflugfabrik »).  L'amélioration de la situation de Landsberg am Lech s'est concrétisée avec l'introduction d’une nouvelle génération de charrues performantes. Bien que construit en Bavière, le nouveau matériel de travail du sol est présenté sur le nom PÖTTINGER. En 1991 a suivi la herse rotative LION. En comptant également le déchaumeur à dents, la gamme travail du sol s'étoffe progressivement. Les événements de la vie de l'entreprise sont néanmoins éclipsés par des aléas familiaux : Aloïs Pöttinger succombe en 1980 à une insuffisance cardiaque. Hans Pöttinger meurt également d’une insuffisance cardiaque lors d’un voyage d'affaires en 1990. Dernier des trois frères, Heinz Pöttinger Senior reste à la barre de l'entreprise familiale. 


Croissance et innovation

1991 - Présent

L'année 1991 a été l'occasion de célébrations : l'entreprise de matériels agricole PÖTTINGER existait depuis 120 ans, et l’usine de charrues bavaroise depuis 100 ans. À cette occasion solennelle, Heinz Pöttinger Senior a remis l’entreprise entre les mains de Klaus et Heinz Pöttinger, la quatrième génération de la famille. Heinz est devenu directeur commercial et Klaus directeur technique.  

 

La quatrième génération, Heinz et Klaus, relève le défi.

 

Au cours des premières années, des défis majeurs ont dû être relevés. Le marché de la machine agricole s'est globalement effondré du fait de l'instabilité internationale, et les difficultés avec la fonderie n'étaient que le sommet de l'iceberg. Les jeunes entrepreneurs ont été forcés de fermer la fonderie, et même de licencier des collaborateurs. Cela a été l'épreuve la plus difficile pour les deux jeunes entrepreneurs. Le marché de la machine agricole s’est redressé, et les mesures drastiques prises par les frères Pöttinger ont porté leurs fruits : les effectifs à Grieskirchen ont rapidement à nouveau augmenté. Afin que l'usine autrichienne fonctionne toute l'année à son potentiel, le montage des charrues ainsi que des herses a été transféré de Landsberg vers Grieskirchen. L'usine bavaroise a ainsi été réorientée vers son cœur de compétence : la forge des éléments de base.  

 

La production de la charrue SERVO à Grieskirchen.

 

En 1993, PÖTTINGER s’est lancé en tant que distributeur sur le marché avec des presses à balles rondes. Au début, il s’agissait de machines du fabricant allemand Welger. Quatre ans plus tard, changement de fournisseur, ce sont les presses à balles rondes et les enrubanneuses italiennes de Gallignani qui sont commercialisées.  Les années 1990 marquent la naissance dans l'entreprise du processus Kaizen et de l’amélioration continue. PÖTTINGER a été certifié en 1996 selon la norme de gestion de la qualité ISO 9001. En suivant les préceptes du modèle japonais Kaizen (changement pour le mieux), PÖTTINGER a étendu l’ancien système de proposition d'améliorations vers son dispositif « PVP » : le processus d’amélioration PÖTTINGER (« PÖTTINGER-Verbesserungs-Prozess »). Un an après l’introduction du PVP, 1 000 propositions d’amélioration remarquables faites par les collaborateurs étaient déjà sur la table. 

 

Avec un investissement de 100 millions de shillings (soit environ 7,3 millions d’euros) dans la construction du nouveau centre de peinture, PÖTTINGER offre pour les machines agricoles une qualité de peinture du niveau de l’industrie automobile.  Juste avant le tournant du millénaire, PÖTTINGER a vraiment accéléré avec l’internationalisation : la première filiale internationale de distribution en Alsace (France) a été fondée. La première filiale de distribution devrait être suivie de 14 autres succursales d’ici 2021. C’est à peu près à ce moment-là que les jalons d’une toute nouvelle gamme de produits ont été posés : Pour commencer, 25 % de l'usine de semoirs Rabe ont été achetés. En 2001 est arrivé le moment où PÖTTINGER a racheté l'usine de son ensemble et l'a restructurée pour en faire l’une des plus modernes usines de semoirs d’Europe : aménagement de l'établissement complétement repensé, machines de découpe laser, centre mise en peinture par poudre, nouvelle halle de montage, nouvelles technologies de fabrication, et ainsi de suite. 

 

Le siège de PÖTTINGER en France

 

Une nouvelle phase de croissance a également commencé dans les années 2000. La décision a donc été prise en 2006 de développer Vodnany (République Tchèque) en tant que centre de développement et d’expertise pour le travail du sol. En effet, depuis 1995, des composants pour les matériels de travail du sol PÖTTINGER sont déjà soudés dans une halle louée dans la petite ville tchèque de Vodnany. Après plusieurs étapes de construction et un investissement dans une gigantesque installation de peinture par cataphorèse avec revêtement en poudre ainsi que dans d’autres halles de production et de logistique, la nouvelle usine est un autre pilier fort du fabricant autrichien de matériels agricoles.   Malgré les millions d’euros engagés à l’étranger, l’entreprise est restée fidèle à ses racines avec de nombreux investissements dans l’usine mère. Le nouveau centre d’exposition et d'accueil clientèle a été inauguré en 2008. Il comprend son propre centre de formation pour la formation des services des concessionnaires partenaires. 

 

La construction du centre d'accueil des clients dans les années 2000.

 

La recherche et le développement sont devenus des domaines de plus en plus importants dans la préparation des projets d’avenir avec des tests des matériels performants. C’est ainsi que PÖTTINGER est devenu l’un des principaux actionnaires du TIZ (« Technologie- und Innovationszentrums », centre de technologie et d’innovation) qui entre en service en 2004 à Grieskirchen, vis-à-vis de l’usine.  En 2014, c'est le décès de Heinz Pöttinger Senior, dernier représentant de la troisième génération de la famille. Dans la continuité, les investissements dans l’entreprise se sont poursuivis : en 2015, le bâtiment administratif de Grieskirchen a été transformé et agrandi. Un an plus tard, les investissements se poursuivent avec la construction de deux halles pour le montage et la logistique. Le « premier coup de pioche » lance solennellement le chantier du centre logistique de pièces de rechange à Taufkirchen an der Trattnach, une commune distante de quelques kilomètres seulement de Grieskirchen.  

 

Le centre logistique de haute technologie pour les pièces de Taufkirchen, en Haute-Autriche

 

2015 a également marqué le lancement de la propre production de presses à balles rondes. La presse à balles rondes IMPRESS avec flux parfait « PERFECT FLOW » est présentée pour la première fois aux professionnels du secteur. 

Les presses à balles rondes IMPRESS garantissent un flux de fourrage parfait, le « PERFECT FLOW ».

 

Après cela, les changements se sont succédés coup sur coup : Après que Klaus Pöttinger ait quitté la direction opérationnelle en 2016 et que Heinz Pöttinger a rejoint le conseil de surveillance en 2018, une équipe dirigeante composée de cinq personnes issues de l'entreprise en a pris les rênes. Gregor Dietachmayr (porte-parole de la direction, ventes, marketing & services), Dr. Markus Baldinger (recherche, développement, digitalisation), Jörg Lechner (production, approvisionnement), Herbert Wagner (ressources humaines, informatique), Wolfgang Moser (finances, qualité dans l'entreprise). 

 

Fin avril 2020, la cérémonie du « premier coup de pioche » a marqué l'ouverture du chantier d’une nouvelle usine dans la commune de Sankt-Georgen, voisine de Grieskirchen. Dans cette usine seront produites les presses à balles rondes et les andaineurs de grande largeur.